N° 56 DE LA TRADITION À LA PRATIQUE MAÇONNIQUE

Legende :Cahier N° 56
Legende :Cahier N° 56

Le passage du contenu traditionnel à la pratique maçonnique se fait par des outils matériels ou spirituels, dont le symbolisme assure l’émergence d’un monde nouveau.
 
- Hermétisme traditionnel et science contemporaine (Jean-Michel COUVERT) : dans sa vision théâtrale du monde, l’homme  a oublié qu’il en était partie intégrante d’où l’occultation de la pensée traditionnelle hermétique. Récente, la séparation entre science et spiritualité aurait tendance à se rétracter mais le UN-TOUT est-il concevable ? Les théories récentes, plus métaphysiques que scientifiques, tendent à rapprocher Raison et Foi, dans un univers fini mais sans bord, où l’infiniment grand tangente l’infiniment petit.
 
- Un modèle fractal de la conscience (Gildas ROUVILLOIS) : il semble bien qu’il y ait deux types de fonctionnement du psychisme, traduits en Occident par l’opposition Cœur-Raison, l’équilibre étant assuré par le contrôle du sentimental par l’intellect. « La conscience de l’adepte ne se répercute-t-elle pas à travers l’espace en se ramifiant ? ».
 
- La Melancolia (jean RAULT) : cette gravure de Dürer montre un astre qui pourrait être « le soleil noir de la mélancolie » de Nerval. Moitié homme, moitié femme, l’être humain représenté est un androgyne qui fait entrer dans la lumière mystérieuse de symboles éclairant une transparence.
 
- De la symbolique de la vigne et du vin (Jean-Michel COUVERT) : « La vigne est au carrefour de la terre et de l’air, de la lumière et des ténèbres ». Elle participe des deux mondes comme l’homme et les anciennes traditions font de la vigne « l’arbre de vie du paradis ».

 
Suivent trois travaux :
 
- Constitutions d’Anderson : Landmark de l’Ordre ou ferment de discorde (Jean-Philippe BERNARD) : avant 1717, année de la création de la première Grande Loge, le déisme - croyance en la capacité de l’homme à découvrir le divin par lui-même - s’oppose encore au théisme - imprévisibilité de la révélation -. Promulguées en 1723, les Constitutions d’Anderson visent à pacifier la société grâce à des hommes de concorde universelle.
 
- Athènes et Jérusalem (Gérard WININGER) : entre Athènes la philosophe et Jérusalem la monothéiste, l’homme et le Maçon ont le devoir de fonder une personnalité universelle de la différence. Pour les philosophes grecs, les idées sont tantôt des concepts, tantôt des substances ; pour les penseurs juifs, la Bible est prophétique. L’hellénisme implique une philosophie universelle de l’immanence, la lecture biblique ouvre sur une spécificité de la valeur originale de chacun.
 
- L’Orphisme (Harry BARAN) : Orphée tisse le lien entre Apollon et Dionysos ; il est à la fois magicien, enchanteur et prophète. Son nom, « Lumière d’amour », est un prélude au christianisme. Religion secrète, l’orphisme aurait été la partie religieuse du pythagorisme. Le parcours orphique est fondé sur l’idée d’une réincarnation de l’âme, à laquelle ont participé souvent l’art et la musique.


 

SOMMAIRE du n°56

Un modèle fractale de la conscience
par Rouvillois Gildas

La Mélancolia
par Rault Jean

Constitutions d'Anderson, Landmark de l'Ordre ou ferment de discorde
par Bernard Jean-Philippe

Athènes et Jérusalem
par Wininger Gérard

L'orphisme
par Barran Henri

Le style Émulation
par Bergeretti Jean-François

Hommage à Marcel Cerbu
par Cassagne Marc-Henry

Hommage à Marius Lepage : Marius Lepage et la GLNF
par Delon Francis

 De l'étoile du matin à Stella Matutina
 par Bergeretti Jean-François