N° 38 L'HISTORIQUE ET LE LEGENDAIRE

Legende :
Legende :

La vie se transmet d’homme à homme et la Tradition est le véhicule de vie qui donne un sens, au sens littéral c’est-à-dire une direction, au parcours terrestre. Dans cette recherche du sens, l’historique, le religieux, le légendaire peuvent aider à tisser la toile de l’existence.

- Comment ne pas lire Goethe ? (Eric HUMBERTCLAUDE) : généreuse en signification maçonnique cachée, l’œuvre de Goethe ne  peut être méconnue car elle fait la distinction entre  le symbole d’« interprétation inépuisable » et l’allégorie « signe univoque », distinction qui est la clef de voûte de la Maçonnerie.

- Note complémentaire sur Goethe : symbole et allégorie (Guy-Serge DENYS) : Goethe s’opposera sans relâche à la vision du monde de Kant, écartelée entre le phénomène et le noumène. Pou lui, « l’allégorie transforme le phénomène en un concept et le concept en une image saisissable » et « la symbolique transforme le phénomène en une idée et l’idée en une image insaisissable ».


Suivent cinq travaux :

- Les Esséniens (Guy TERNY) : les Esséniens sont « les hommes du Conseil de Dieu », qui n’admettent en leur sein que selon des principes rappelant ceux de la Maçonnerie avec, entre autres obligations, un serment pourtant sur la vie morale et spirituelle. Leur doctrine est dualiste.

- Écriture du visage, approche de la tradition chrétienne » (Witold ZANIEWICKI) : Dieu, en Christ, est visage de telle sorte que l’homme reconnaisse son propre visage. Mais, pour l’Occident, la grâce est surnaturelle, alors que, pour l’Orient, elle est naturelle.

- Légendes compagnonniques (Jean-François BLONDEL) : elles font partie de la tradition des tailleurs de pierre. La légende rapportée s’intitule « Le Tombeau de la tendresse d’Agde » du Compagnon Passant Tailleur de Pierre.

- La symbolique du mur (Robert KALBACH) : le mur est une grande tradition de l’humanité, qui se rencontre à toutes les époques. Destiné primitivement à relier la terre au ciel, il finit par séparer les hommes et séparer l’homme de Dieu.

- Elias Ashmole (1617-1692), amateur d’antiquités, astrologue, alchimiste et Franc-Maçon » (Francis DELON) : auteur d’un « Journal » important, Ashmole a laissé à ses contemporains le souvenir d’un homme irréprochable, bienfaisant et savant.

     

SOMMAIRE du n°38

Comment ne pas lire Gœthe ?
par Humbert Claude Eric

Note complémentaire sur Gœthe : symbole et allégorie
par Denys Guy Serge

Les Esséniens
par Terny Guy

Écriture du visage, approche de la tradition chrétienne
par Zaniewicki Witold

Légendes compagnonniques
par Blondel Jean-François

La symbolique du Mur
par Kalbach Robert

Élias Ashmole (1617-1692), amateur d'antiquités, astrologue, alchimiste d'antiquités, astrologue, alchimiste et Franc-Maçon
par Delon Francis

Aperçu sur la symbolique biblique des mots, du grade de Compagnon au Rite Écossais Rectifié
par Rouressol Jacky

Villard de Honnecourt
par Daussy Jean