A l’ombre de la République. La lente inscription des femmes dans la Franc-Maçonnerie. Causes et conséquences

A l’ombre de la République

La lente inscription des femmes dans la Franc-Maçonnerie. Causes et conséquences

Jean-Pierre Bacot

Ubik Editions, Coll. Territoires singuliers, nouv éd. revue et augmentée, 2015,215 pages, 20€

 

La première de couverture retient notre attention par un buste de Marianne maçonnique qui n’est pas celle de Jacques France, parée d’un cordon avec compas et équerre, portant ce symbole autour du cou. Vint ensuite comme un ajout au sous-titre la phrase suivante :

« Pour nombre de républicains, les femmes étaient encore très majoritairement placées sous la férule de l’Eglise catholique et des forces conservatrices et c’était faire entrer le loup dans la bergerie que d’accepter la féminisation des loges. »

Dès la première page, le contenu de l’ouvrage nous est donné. L’auteur découpe son étude en quatre grandes parties :

- « 1750-1870 Les femmes à l’ombre de plus d’un siècle de masculinité dominante », où tout d’abord deux féminismes sont déclinés, celui de la France et de l’Angleterre où vient de naître la Franc-maçonnerie spéculative.

- « L’évolution de la société sous la IIIe République et sa lente féminisation », de la défaite de 1870 à Vichy, contextualise la position de la femme dans une société toute masculine emplie de préjugés.

- « La question des femmes et le contexte institutionnel maçonnique » couvre la période où la maçonnerie connait une riche fondation d’obédiences : Grande Loge Symbolique Ecossaise, Droit Humain et Grande Loge de France.

- « L’après 1968 », permet de passer en revue l’évolution de la société et celle de la maçonnerie française. C’est une formidable progression de la maçonnerie féminine et mixte.

 Le livre se termine sur « la lente féminisation du GODF ». Intéressante approche à l’heure où cette obédience compte, au 31 décembre 2014, 1775 Sœurs, soit 3,5% de ces membres.

Jean-Pierre Bacot, né en 1953, est docteur en sciences de l'information (Paris III-Sorbonne nouvelle). Chercheur associé à l'université Paris-XIII, habilité à diriger des recherches, socio-historien spécialisé dans la circulation internationale des structures et médias porteurs de connaissances, il est aussi ancien journaliste. Jean-Pierre Bacot a publié plusieurs ouvrages dans deux domaines principaux, l'histoire de la presse illustrée et celle des sociétés fraternelles, dont la franc-maçonnerie, spécialement la maçonnerie féminine. Ces deux domaines sont ses principaux axes de recherches. Il a notamment écrit Les sociétés fraternelles-un essai d’histoire global, en 2007, chez (DERVY, 2007), Les femmes et la Franc-maçonnerie en Europe  (Véga Editions, 2009), Une Europe sans religion dans un monde religieux (Editions du Cerf, 2013). Il est Rédacteur en chef de la revue Critica Masonica qui se veut une étude critique et académique du fait maçonnique.

Ubik Éditions est une association d’amateurs passionnés réunis pour initier toute action visant à mettre à la disposition du public en général, ou de certains publics particuliers, des contenus culturels relatifs à la Tradition, au symbolisme, à l’ésotérisme, à la philosophie ou à la connaissance en général.