L’Ordre des Francs-Jardiniers - Rituels

L’Ordre des Francs-Jardiniers
Rituels

Sous la direction de Rémi Boyer et Howard Doe
Traduction de l’anglais Yannick Segard, Marie-Françoise Burdin & Michel Piquet
Les Éditions de la Tarente, 2019, 128 pages, 19 €

Société fraternelle née en Écosse et remontant au moins au XVIIe siècle, l’Ordre des Francs-Jardiniers est présent ensuite en Angleterre et en Irlande.

Fondée par de petits propriétaires fonciers et agriculteurs, cette « Friendly societie » a pour but essentiel la transmission des compétences et connaissances propres au jardinage et l’entraide due à ses membres. À son apogée, il compte quelque 10 000 membres.

Bien que les rituels aient été influencés par des Francs-Maçons écossais, ils n’ont cependant aucun lien avec l’Art Royal, bien que très proches.

Tout l’intérêt de cette « divulgation » réside dans le fait qu’il n’existe que très peu de documents sur l’ « Order of the Free Gardeners ».

Les quelques repères historiques retracent l’histoire de l’Ordre dont le plus ancien témoignage est un registre de procès-verbaux de la Loge de Haddington en août 1676. On y apprend aussi que la fraternité des Francs-Jardiniers dispose de mots, secrets, signes et attouchements.

Traduit de l’anglais par Yannick Segard, Marie Françoise Burdin et Michel Piquet, les trois rituels d’Apprenti, Compagnon et Maître sont dévoilés et, excepté celui de Compagnon, accompagnés des Instructions.

Au degré d’Apprenti, où nous apprenosn qu’Adam est le premier jardinier, nous découvrons qu’il est fait usage du compas, de l'équerre, auxquels s'ajoutent le couteau qui est « le plus simple outil de jardinage », permettant de « tailler les vices [...] et bouturer les vertus ».

Celui de Compagnon fait référence à l’Arche et à Noé comme second jardinier. Le Compagnon accomplit symboliquement un voyage et doit non seulement cultiver l’amitié mais aussi semer les graines de la paix et de la concorde, promouvoir l’ordre l’harmonie et la bonne humeur dans toutes les réunions. Sont abordées, bien évidemment, la symbolique des plantes.

Le troisième degré fait référence à Salomon, le Maître Jardinier et à son Temple. Même si le mythe central reste bien celui du Jardin d’Éden, jardin merveilleux où la Genèse place l'histoire d'Adam et Ève. La symbolique de l’olivier est y forte.

La dernière partie est consacrée aux poèmes utilisés au 1er et 3e degrés, à « Initiation au jardin et Initiation dans la cité », texte de Rémi Boyer, pour s’achever avec l’annexe comprenant le recueil de quinze règles des relations internes de la Fraternité des jardiniers d’East Lothian du 16 août 1676.

Une façon d’approcher métaphores et mythèmes de l’Ordre des Francs-Jardiniers qui n’a rien de folklorique et qui connaît, en ce début de XXIe siècle, un certain regain d’intérêt.


Yonnel Ghernaouti

Lien vers l'ouvrage à la librairie Scribe :
scribe_9782916280479

Legende :L’Ordre des Francs-Jardiniers

L’Ordre des Francs-Jardiniers