Beate et Serge Klarsfeld, les combats de la mémoire

Beate et Serge Klarsfeld, les combats de la mémoire

Mémorial de la Shoah, du 7 décembre 2017 au 29 avril 2018

50 ans après la gifle administrée par Beate Klarsfeld en 1968 au chancelier ouest-allemand Kurt Georg Kiesinger et 40 ans après la publication en 1978 par Serge Klarsfeld du Mémorial de la déportation des Juifs de France, le Mémorial de la Shoah retrace pour la première fois le parcours de Beate et Serge Klarsfeld en faveur des victimes de la Shoah et de la connaissance historique, contre l’impunité d’anciens responsables de la Solution finale et contre l’antisémitisme.

Au sein du combat d’un couple, d’une vie, la décennie 1968-1978 marque un tournant important dans l’évolution de la mémoire de la Shoah en Europe et dans le monde. L’action spectaculaire de Beate et Serge Klarsfeld, menée sur plusieurs continents, exerce un rôle majeur dans ce mouvement vers la reconnaissance.

Alors que la guerre froide n’est pas terminée et que le contexte mondial est celui de profonds bouleversements culturels et politiques, le couple Klarsfeld s’engage et bouleverse le regard sur le nazisme et le génocide des Juifs en Allemagne et en France.

Après la publication de leurs mémoires en 2015, l’histoire et les motivations des engagements de Beate et Serge Klarsfeld sont restituées par l’exposition proposée par le Mémorial de la Shoah grâce à de nombreux documents et objets inédits, rejoignant celles de toute une génération dont ils deviennent les symboles. Leur influence se poursuit jusqu’à aujourd’hui.

Membre du conseil d'administration de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, Serge Klarsfeld est conseiller du président de la Fondation, président de la commission "Mémoire et transmission" et président du comité de lecture de la collection "Témoignages de la Shoah" éditée par la FMS en partenariat avec les éditions Le Manuscrit.

Olivier Lalieu, historien, commissaire de l'exposition, déclare : « En une décennie [1968-1978], les Klarsfeld renouvellent les pratiques militantes et deviennent des figures de premier plan de la mémoire de la Shoah. Il s’agit de restituer la plénitude de leur action, sans se limiter à un pays ou à une facette de leurs combats. Car leur démarche est globale et ne peut se résumer à tel ou tel aspect. L’écriture, la recherche d’archives, la traque des anciens bourreaux, l’action judiciaire, le combat pour Israël et contre l’antisémitisme forment un tout. »

Depuis près de neuf siècles, une part importante de la communauté juive parisienne s’est installée dans le quartier historique du Marais, y a développé des commerces, a accueilli les réfugiés des premiers pogroms d’Europe de l’Est et a connu sous l’occupation les rafles et la déportation vers les camps. La volonté de créer, dans ce même quartier, un lieu de mémoire de cette période tragique de l’Histoire qui a vu mourir des millions de juifs dans des camps, semblait, dès lors, plutôt naturelle. C’est donc à deux pas de l’île Saint-Louis que, dès 1953, on s’active à construire ce monument, classé historique depuis 1991, que l’on connaît aujourd’hui sous le nom de Mémorial de la Shoah.

Pour découvrir virtuellement le Mémorial de la Shoah, vous pouvez consulter : https://www.pariszigzag.fr/paris-au-quotidien/tendances-culture/memorial-shoah-marais-4eme

Infos pratiques :

Mémorial de la Shoah - 17 rue Geoffroy L’asnier, 75004 PARIS

Du dimanche au vendredi de 10h à 18h, nocturne le jeudi jusqu’à 22h

Entrée libre et gratuite – Niveau crypte et entresol, 4e étage

Sources :

http://www.fondationshoah.org/memoire/beate-et-serge-klarsfeld-les-combats-de-la-memoire-1968-1978

http://www.memorialdelashoah.org/evenements-expositions/expositions/expositions-temporaires/beate-serge-klarsfeld-combats-de-memoire-1968-1978.html

YG

 

Legende :Beate et Serge Klarsfeld,

Beate et Serge Klarsfeld,