Société Française d'Études et de Recherche sur l’Écossisme Colloque du 21 septembre 2013 : "Le chevalier inattendu, une nouvelle approche "

Legende :
Legende :

Société Française d'Études et de Recherche sur l’Écossisme Colloque du 21 septembre 2013

Le chevalier inattendu, une nouvelle approche SFERE, 2015, 78 pages, 15€

 

La Société Française d'Études et de Recherche sur l’Écossisme (SFERE), est une société indépendante de toutes obédiences maçonniques et de toutes autres associations.

On peut qualifier l'Ecossisme comme l'ensemble des grades pratiqués au XVIIIème siècle avant la constitution des rites.

La SFERE a tenu colloque à l'Espace Léopold Bellan, 64 rue du rocher, Paris VIIIe, le samedi 30 avril 2016 de 14h à 18h, sur le thème : « Les Textes fondateurs des hauts grades  », avec trois conférences : « L'apport du Chevalier Ramsay dans les rituels actuels des hauts grades », par Monsieur Bernard Homery, Autodidacte et cherchant en protohistoire de la franc-maçonnerie, «  Y a-t-il eu une influence des constitutions d'Anderson sur la formation des systèmes de hauts grades ? », par Monsieur Philippe Langlet, Docteur es-lettres, spécialisé en sémiotique, auteur de livres de référence sur la franc-maçonnerie, et par Monsieur Jean Luc Lebras, agrégé de géographie, Conseiller culturel en Afrique, auteur de travaux historiques, «  A la suite des constitutions d'Anderson, quel est l'apport de Laurence Dermott et de son texte Ahiman Rezon dans la formation des systèmes de hauts grades  ? ».

C’est l’occasion, aussi, d’acheter leur excellent cahier qui publie les actes de ces conférences. Retenons, qu’une fois épuisé, les cahiers ne sont jamais réédités. Il en est ainsi du n°IX consacré aux actes du séminaire du 23 octobre 2010 traitant de « Judéo-Christianisme, théurgie et franc-maçonnerie au XVIIIè siècle, l’Ordre des Chevaliers Maçons Élus Coëns de l’Univers » par Serge Caillet.

Le cahier que nous soumettons à votre sagacité est celui des actes du colloque du 21 septembre 2013. En voici le titre : « Le chevalier inattendu, une nouvelle approche », et le sommaire :

- L'état de CBCS est-il une finalité ? " par Roland Bermann,

- Le destin paradoxal du Chevalier Maçon   » par Teresa Battesti,

- L'instant où le voile du Temple se déchire, ou la naissance d'un Chevalier à travers les grades de sagesse » par Hervé Vigier,

- Le grade de Rose Croix et le christianisme primitif par Jérôme Rousse-Lacordaire,

- Un rituel de Rose Croix de 1765.

Ce cahier aborde différents rites. Pour le CBCS, c’est bien entendu le Rite ou régime Ecossais Rectifié qui est abordé.

Le texte de Teresa Battesti se consacre au REAA avec une étude sur les grades de Chevalier d’Orient et d’Occident, de Rose-Croix et de Kadosch. Hervé Vigier traite du Rite Français mais surtout des Ordres de Sagesse. Quant au père Jérôme Rousse-Lacordaire, dominicain, docteur en théologie, mais aussi essayiste, son parcours est des plus intéressants. Ancien chargé d'enseignement à l'Institut catholique de Paris, il s'intéresse aux rapports entre ésotérisme et christianisme ou encore entre franc-maçonnerie et christianisme. Il est membre du comité de rédaction de la revue Politica Hermetica et a été, pendant quinze ans, directeur de la Bibliothèque du Saulchoir à Paris, bibliothèque de la province dominicaine de France, fondée en 1865 à Flavigny.

Son texte « Le grade de Rose-Croix et le christianisme primitif » est une réédition des Actes du Séminaire du 20 mai 2006 et offre une interprétation sur la cène et sa commémoration, le partage du pain et de la coupe, la bénédiction et aussi sur le vocabulaire théologique.

Pour en savoir plus : http://sfereco.free.fr/

Le séminaire est ouvert à tous. Celles et ceux, maçons et non maçons, qui sont intéressés par le thème de l'Écossisme et le fait maçonnique, qu'ils soient ou non membres de l'association.

Pour le curieux de nature et le cherchant, il ne faut pas confondre la SFERE avec deux autres doctes associations qui traitent de l’Ecosse, sur un plan uniquement profane :

- La Société Française d’Etudes Ecossaises (SFEE) a été fondée le 7 octobre 2000 lors d’une réunion, à la Sorbonne, d’enseignants-chercheurs travaillant sur l’Écosse dans douze universités françaises qui a pour but de promouvoir tous les types de recherche sur l’Écosse au sein du système universitaire français. Les chercheurs travaillant sur l’Écosse se qualifient de « scotticistes ». Son actualité se caractérise par des colloques, conférences et/ou publications, la dernière en date étant « The Political and Constitutional Evolution of Scotland and the issues at stake in the legislative elections to Holyrood in May 2016 » (08/04/2016 - University of Pau). Pour mieux connaître la SFEE : http://sfee.univ-tours.fr/France/Indexfr.htm

- D’autre part, depuis 1992, la revue Études écossaises s’est forgé une solide réputation comme l’une des publications de référence dans son champ disciplinaire. Parmi ses nombreux contributeurs se trouvent des spécialistes de grand renom tels Cairns Craig et Tom Nairn. Ainsi, forte d’une collaboration à la fois française et internationale, la revue participe à faire avancer la recherche sur la politique, la culture et la littérature écossaises. L’une des seules revues spécialisées dans les études écossaises en dehors de l’Écosse, elle participe également au rayonnement de l’université Stendhal-Grenoble 3. Études écossaises est une revue annuelle. Chaque numéro comporte une partie thématique et un second volet traitant d'aspects divers concernant l’Écosse. Pour en savoir plus : http://etudesecossaises.revues.org/133