Hiram et le Temple de Salomon Le mythe fondateur de la Franc-maçonnerie

Hiram et le Temple de Salomon Le mythe fondateur de la Franc-maçonnerie

 Marc Halévy

OXUS, Coll. Spiritualités, 2016, 398 pages, 24€

 

Hiram est un personnage du premier livre des Rois et du deuxième livre des Chroniques, qui font partie de la Bible. Il est fils d'une veuve de la tribu de Nephthali, dont le père était un homme de Sor, artisan du bronze. Le roi de Tyr Hiram Ier l'envoie à Salomon, roi de Judée et fils de David, pour l'aider à bâtir le Temple de Salomon.

Son nom est évoqué dans la Bible, au premier livre des Rois (I Rois, 7:13) : spécialiste du travail du bronze, « rempli de sagesse, d'intelligence et de connaissance », il s'occupa, à la demande de Salomon, de la décoration du Temple, « la maison de l'Éternel ». Il moula et dressa les deux colonnes Jakin et Boaz avec leur chapiteau près du vestibule du Temple. Il conçut également une « mer d'airain » qui reposait sur douze bœufs de bronze, des chaudrons et des calices.

Dans le deuxième livre des Chroniques (II Ch. 2,14), Hiram est appelé et  il connaît « tout l'art de la gravure et la fabrication de tous les objets ». Dans la Bible, l'histoire de Hiram, l'artisan, s'arrête là.

En franc-maçonnerie, les frères s’identifient à Hiram, architecte et ingénieur, enfants de la Veuve, eux-aussi. A partir du XVIIIe siècle, la vie et la mort d’Hiram, enrichies par les légendes, deviennent un mythe initiatique qui inspire nos rituels. D’après le récit mythique, Hiram fut assassiné à la fin des travaux du temple par trois mauvais compagnons à qui il a refusé de donner la parole secrète.

Quant au Temple de Jérusalem, c’est au chapitre II du Livre VIII des Antiquités Judaïques de l’écrivain juif Flavius Josèphe (37-90) qu’est relatée sa construction :

« …le roi Salomon commença à bâtir le Temple en la quatrième année de son règne ; et au second mois que les Macédoniens nomment Arthemisius et les Hébreux Jar (qui est le mois d’avril), cinq cent quatre-vingt-douze ans depuis la sortie d’Égypte, mille vingt ans après qu’Abraham fut sorti de Mésopotamie pour venir en la terre de Chanaan, mille quatre cent quarante après le déluge, et trois mille cent deux ans depuis la création du monde… Les fondations du Temple furent faites très profondes et, afin qu’elles pussent résister à toutes les injures du temps et soutenir sans s’ébranler cette grande masse que l’on devait construire dessus, les pierres dont on les remplit étaient si grandes que cet ouvrage n’était pas moins digne d’admiration que ces superbes ornements et ces enrichissements merveilleux auxquels il devait servir comme de base, et toutes les pierres que l’on employa depuis les fondements jusqu’à la couverture étaient fort blanches… Toute la structure de ce superbe édifice était de pierres si polies et tellement jointes qu’on ne pouvait en apercevoir les liaisons ; mais il semblait que la nature les eût formées de la sorte d’une seule pièce, sans que l’art ni les instruments dont les excellents maîtres se servent pour embellir leurs ouvrages y eussent contribué en rien… »

Ce chapitre fait référence à un épisode biblique relaté dans le premier livre des Rois.

Dans ce nouvel opus, Marc Halévy étudie en premier lieu la Bible hébraïque, une des trois grandes Lumières de la Franc-maçonnerie. Puis détaille en profondeur Hiram, le Temple et Salomon. A chaque fois, selon la même méthode : une approche biblique, maçonnique puis philosophique. Enfin, l’auteur fait la synthèse des chapitres antérieurs sous la forme d'une cosmologie, puis d’une théologie et enfin d'une anthropologie. Une étude dans le plus grand respect telle qu’une Franc-maçonnerie régulière universelle peut l’envisager.

Marc Halévy mène trois activités parallèles. Il étudie les sciences de la complexité et poursuit des recherches théoriques fondamentales sur la physique des processus. Il mène une activité de prospective, analysant l'évolution du monde humain et les changements de paradigme qui se profilent. Enfin, il a étudié la philosophie et l'histoire des religions, et s'est spécialisé en Kabbale et Tao-chia (Lao-Tseu et Tchouang-Tseu). La physique des processus et l'évolution humaine posent toutes deux la question du « sens », de l'intention sous-jacente, ce qui connecte immédiatement au domaine de la spiritualité et de la mystique en particulier, au-delà de - mais non sans - la philosophie et la métaphysique.

Il est l’auteur de nombreux ouvrages Kabbale érotique mystique Le Cantique des cantiques (Editions Dangles, 2015), dont nous avons, ici-même, rendu compte, Le Grand Architecte dans l'Univers (OXUS, 2014), Lecture du Tao-Une sagesse qui nous attend... (OXUS, 2012), Kabbale initiatique - Un éclair dans l'arbre de Vie (Editions Dangles, 2011), Le sens du divin-Au-delà de Dieu et des dieux (OXUS, 2011) et Philosophie maçonnique (OXUS, 2008).