Les Templiers L’ultime dessein De la chute de St-Jean-d’Acre- 1921 à l’attentat d’Anagni -1303

Legende :
Legende :

Les Templiers L’ultime dessein De la chute de St-Jean-d’Acre- 1921 à l’attentat d’Anagni -1303

Jean Haechler

Atlantica éditions, 2015, 580 pages, 25€

 

En premier lieu, Jean Haechler nous livre des informations indispensables en définissant les différentes fonctions des dignitaires du Temple au sein de l’Ordre.

S’il nous faut rappeler la fin tragique du dernier grand maître, l’auteur saisit deux faits majeurs pour encadrer et faire vivre sa belle histoire.

En effet, le 18 mars 1314, il est donné au peuple de Paris d’assister au supplice de Jacques de Molay, grand maître des Templiers, et de Geoffroy de Charnay, commandeur de Normandie, sur l'île de la Cité. Tous deux sont condamnés par la justice royale du Roi Philippe IV le Bel et sont brûlés vifs, le soir même. Au moment de mourir, Jacques de Molay maudit le Roi et le pape Clément V, leur prédisant qu'ils mourraient eux aussi avant la fin de l'année. C’est le début de la fameuse légende… L'ordre ayant été supprimé le 3 avril 1312 par la bulle papale "Vox in excelso".

Jean Haechler prend une courte fenêtre de treize ans pour nous conter une histoire, véritable roman policier, respectant les moeurs et coutumes de l’époque. Un roman historique riche en rebondissements des plus passionnants.

On était en l’année du Christ 1291. Philippe le Bel était roi en France et le moine Jérôme d’Ascoli était pape à Rome sous le nom de Nicolas IV. Il y avait près de deux siècles que, sous la conduite de Godefroy de Bouillon, le 15 juillet 1099, les bandes enthousiastes de la première croisade avaient pris d’assaut Jérusalem, la Ville Sainte, et fondé le Saint Royaume d’Outre-mer.

C’est entre deux événements donc que se situe le roman.

Point de départ, la chute de Saint-Jean d’Acre entraîna celle de la Terre sainte. En effet, le 28 mai 1291, les croisés perdirent Acre à l’issue d’une bataille sanglante. Les chrétiens furent alors obligés de quitter la Terre Sainte et les ordres religieux tels que les Templiers ainsi que les Hospitaliers n’échappèrent pas à cet exode. Or, une fois en Occident, la question de l’utilité de l’ordre du Temple s’est posée car il avait été créé à l’origine pour défendre les pèlerins allant à Jérusalem sur le tombeau du Christ.

Ultime étape du livre, l'attentat d'Anagni, événement le plus célèbre et le plus marquant de la lutte opposant le roi de France  Philippe le Bel  au pape  Boniface VIII. Autoritaire le roi de France n'entendait pas plier devant les instances religieuses, lorsque les intérêts du royaume étaient en jeu. Ainsi naissait la raison d'Etat, prévalant sur toute autre raison en toute circonstance. Mais c'était sans compter avec Boniface VIII, pape au tempérament aussi fort que celui du roi de France.

Un attentat, mais de quoi s’agit-il au juste ? Le sept septembre mil-trois-cent-trois, Guillaume de Nogaret sous les ordres du roi et le condottière Sciarra Colonna à la solde des gibelins, investirent avec fracas le palais d'Anagni, en Italie, où séjournait sa Sainteté Boniface VIII. La demeure papale fut pillée tant par les hommes du roi que par les mercenaires. Le saint père fut battu, tout au moins souffleté, malmené et insulté. Il sera peu après libéré par la faction guelfes. Boniface VIII mourut néanmoins trois semaines plus tard au Latran, vraisemblablement victime de ses blessures.

L’histoire romancée nous rapporte le projet secret, entamé par l’ordre du Temple d’asseoir un Templier sur le trône de saint Pierre.

C’est une plongée fascinante dans le XIIIe siècle finissant, faisant mieux connaître la révélation trop souvent ignorée de la réalité templière, de ce qu’était la véritable vie de ces moines chevaliers.

 

Spécialiste du XVIIIe siècle, Jean Haechler a publié des ouvrages de réflexion, des essais et une pièce de théâtre. Il est l’auteur de Les insoumises : 18 portraits de femmes exceptionnelles (Nouveau Monde Editions, 2007), Le Prince de Conti (Tallandier, 2007), Naître, vivre et passer : La mort démythifiée (Editions L'Harmattan, 2004), Promenade dans le XVIIIème siècle (Nil édition, 2003), Le règne des femmes, 1715-1793 (Grasset, 2001), Le chevalier de Vivens. Un philosophe des Lumières en Guyenne (Aubéron, 2000), L'encyclopédie : Les combats et les hommes (Les Belles Lettres, 1998), L'Encyclopédie de Diderot et de Jaucourt : Essai biographique sur le chevalier Louis de Jaucourt (Les Belles Lettres, 1995). Le blog de Jean Haechler : http://hansli.over-blog.com/