Philosophie de l’initiation

Philosophie de l’initiation

Bruno Pinchard

DERVY, Coll. Bibliothèque de la Franc-Maçonnerie, 2016, 166 pages, 17 €

Bruno Pinchard offre ici au lecteur des textes inédits et d'autres déjà publiés dans les prestigieuses revues que sont les Cahiers Villard de Honnecourt ou ou d'autres tels La Chaîne d’Union, ainsi que dans Le Livre du Centenaire "G.L.N.F. 1913 - 2013 Cent ans de spiritualité maçonnique", ouvrage collectif sous l'autorité du Grand Maître et la supervision du Grand Orateur. Ces textes sont organisés dans une perspective propre à nous faire comprendre le cheminement de la pensée de leur auteur. Comme une invitation au voyage. Le nôtre, celui du maçon sur le chemin de l’initiation.

Pas étonnant donc que ces écrits commencent en Italie, patrie de la Renaissance et de l’Humanisme, avec un retour aux textes antiques comme source originelle de la pensée maçonnique.

C’est à Ravenne, devant le tombeau de Dante que Bruno Pinchard, inspiré, nous livre la colonne vertébrale de son nouvel opus. Dante Alighieri, le premier « à avoir élevé le parler vernaculaire de ses concitoyens en une authentique langue littéraire ». Ce fil rouge sera de « Trouver un lien ente mythe et vérité », deux mots qui loin de s’opposer,  s'enchaînent. 

S’imprégnant de récits de la Boétie, l’auteur n’hésite pas à se référer à un humanisme antérieur. L’homme ancien se meurt, l’homme nouveau émerge. Avec lui se pose naturellement la question de la philosophie de l’initiation. Mais de quelle initiation ? Selon Bruno Pinchard « la franc-maçonnerie est la figure d’une liberté qui ne se dispense pas d’initiation ». C’est le but de son ouvrage : « faire dialoguer philosophie et franc-maçonnerie. »

Il nous faut remonter à la source, c’est à dire au monde grec qui a eu un rôle majeur dans le développement de notre pensée occidentale. Les Grecs ne sont-ils pas à l'origine d'une nouvelle manière d'appréhender notre monde ? Ils sont à l’ origine de tout, ou presque : fondateurs de la philosophie, avec les présocratiques, puis Socrate, Platon, Aristote et tant d’autres. Inventeurs de la logique, précurseurs de l'investigation scientifique avec la physique, les mathématiques et l’astronomie. 

Commencé avec les grecs, le chemin proposé par Bruno Pinchard trouve sa voie à travers les différentes traditions, pour bien comprendre « les formes contemporaines de l’initiation », issues des savoirs anciens (Inde, Egypte, Grèce avec Éleusis, Rome), le lecteur est encouragé à la prudence car on ne saurait associer « la voie initiatique à un magistère philosophique ».  Le chemin du maçon est un chemin de sagesse particulier. 

Puis, Bruno Pinchard convoque Descartes et la Fraternité Rose-Croix. Il nous livre des enseignements qui nous invitent à aller plus loin encore dans la connaissance et l’envie d’apprendre. 

L’auteur ne fait pas l’impasse sur un thème, longtemps tabou, « féminité et l’initiation » inspiré par la Béatrice de Dante. D’ailleurs, ne dit-on pas que pour l'artiste ou le poète, l'inspiration, c'est la femme. Béatrice a été non seulement pour Dante, la Dame adorée, l'amante idéale ; mais la tendresse mystique du poète l'a transfigurée et, pour ainsi dire, divinisée. Il en a fait sa muse inspiratrice, son guide, sa lumière. Elle a été pour lui l'étoile radieuse, l'astre propice illuminant son intelligence et son cœur.

Mais le philosophe ne peut faire l’impasse d’un chapitre dédié au Dieu révélé. Celui de l’article 2 «  la croyance en le GADL'U et en Sa volonté révélée », de nos Basic Principles de 1929. Il évoque « la philosophie de la révélation » développée au XIXème siècle par le romantisme allemand.

Bruno Pinchard s’intéresse aussi à la maçonnerie contemporaine, partagée entre traditionnelle et libérale. Il ouvre une voie en constatant que « l’offre initiatique doit être capable d’entrer en résonance avec les nouvelles attentes des classes sociales particulièrement mises à l’épreuve de la crise. » Il raisonne, ici, en visionnaire sur ce que peut être notre maçonnerie de demain, dans le respect de nos Landmarks. Il s’interroge donc sur ce que nous devons apporter à l’homme moderne. La réponse est dans la pratique de nos rituels.

L’ouvrage se termine par deux discours. Le premier est celui donné à l’occasion des premières « Rencontres Lafayette », au Grand Orient de France et le second, en anglais, à l’occasion d’un projet d’introduction des études maçonniques dans le monde académiques, au printemps 2015.

Un ouvrage clé, où philosophie et franc-maçonnerie trouvent leur place. Chemin faisant, la philosophie sera toujours compagne de l’initiation maçonnique.

 

Bruno PinchardNé au Havre en 1955, Bruno Pinchard est écrivain et philosophe.

Agrégé de philosophie et docteur d’État, il est un ancien élève de l’École normale supérieure et de la Scuola Normale Superiore de Pise. Il a été l’élève de Levinas, Derrida, Eugenio Garin et Louis Marin.

Il a enseigné dans le secondaire, a été chercheur au CNRS dans l’équipe d’André Robinet et chargé de cours en philosophie médiévale à l’Université de Paris X, puis professeur des universités au Centre d'études supérieures de la Renaissance de 1991 à 2003. Il est actuellement professeur de philosophie de la Renaissance et de l’Âge classique à l’Université Lyon-III et directeur de l’École doctorale de philosophie de la Région Rhône-Alpes.

Maçon de la Grande Loge Nationale Française, il est l’actuel Vénérable Maître de la prestigieuse Loge de recherche nationale Villard de Honnecourt n°81.

Ses principales publications sont :

  • Métaphysique et sémantique. Autour de Cajétan, Paris, Librairie philosophique, Vrin, 1987.
  • Savonarole. La Fonction de la poésie, Lausanne, L’Âge d’Homme, 19894.
  • Pierre Magnard, Olivier Boulnois, Bruno Pinchard and Jean-Luc Solère, La demeure de l'être. Autour d'un anonyme. Étude et traduction du Liber de Causis, Paris, Vrin, 1990
  • La raison dédoublée. La fabbrica della mente, Paris, Aubier, 1992.
  • Rationalisme analogique et humanisme théologique, la culture de Thomas de Vio, Il Gaetano, Actes du Colloque de Naples réunis par Bruno Pinchard et Saverio Ricci, Naples, Vivarium, 1993.
  • Vico. De l’antique sagesse de l’Italie, Paris, Flammarion, « GF », 1993.
  • "Fine follie" ou la catastrophe humaniste, Paris, Champion, 1995.
  • Le Bûcher de Béatrice, essai sur Dante, Paris, Aubier, 1996.
  • Une juste plainte, une juste prière : Ariane et Orphée aux origines du chant orphique de Claudio Monteverdi ; Introduction à la connaissance du "Parlar cantando" et du chant humaniste à Annibale Gianuario, Fondazione Centro Studi Rinascimento Musicale, Fiesole, 1997.
  • La légèreté de l’être, études sur Malebranche, Paris, Vrin, 1998.
  • Pour Dante : I. Dante et l’Apocalypse. II. Lectures humanistes de Dante, Paris, Honoré Champion-CESR, 2001.
  • Méditations mythologiques, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond, 2002note 1.
  • Un Dieu pour la ville, une âme dans la ville, cours d’Agrégation de philosophie sur saint Augustin, CNED, 20045.
  • Heidegger et la question de l’humanisme : faits, concepts, débats, Paris, PUF, 2005.
  • en collaboration avec Yves-Charles Zarka, Y a-t-il une histoire de la métaphysique ? Paris, PUF, 2005.
  • Éducation, transmission, rénovation à la Renaissance, textes sur la Renaissance réunis par Bruno Pinchard et Pierre Servet, ouverture de Jacqueline de Romilly, Cahiers du Gadges, n° 4, Diffusion Libraire Droz, Genève, 2006.
  • Recherches métaphysiques. Philosophie française contemporaine (Leçons données dans les universités japonaises, octobre 2008), édition bilingue, Tokyo, Nihon University press, 20096.
  • Philosophie à outrance, cinq essais de métaphysique contemporaine, Bruxelles, EME, 2010.
  • Rovesciamenti e rotazioni, Due saggi di metafisica contemporanea, a cura di Luigi Francesco Clemente, Nuovi Orizzonti, San Benedetto del Tronto, 20117.
  • Métaphysique de la destruction, Bibliothèque philosophique de Louvain n° 86, Peeters, 2012
  • Marx à rebours, Paris, Kimé, 2014.