La bibliothèque


Homme de recherche et de mise en question, le Franc-Maçon poursuit sa quête spirituelle personnelle avec le concours de ses Frères, mais aussi avec celui des très nombreux ouvrages consacrés à l’Art royal, à son histoire, à ses symboles et à ses rites. Il n’est pas une semaine où ne paraisse un nouveau livre sur le sujet et le chercheur ou le simple curieux peut, en fréquentant sa librairie favorite, tout apprendre sur la Franc-Maçonnerie, tout, sauf l’essentiel, le vécu en Loge, le ressenti du Franc-Maçon lui-même, ressenti que seule l’initiation peut procurer. Si elle n’a pas la prétention de détenir tous les livres maçonniques sur ses rayonnages, la bibliothèque du Musée de la Maison des Maçons en comprend de nombreux, souvent parmi les plus rares ou les plus précieux.

Outre les diverses éditions des Constitutions d’Anderson ou de Ahiman Rezon de L. Dermott, les premiers ouvrages publiés furent - tant en Angleterre qu’en France - des livres de divulgation sur les cérémonies rituelles et les signes de reconnaissance des Francs-Maçons: un public tant profane que maçonnique se précipita sur des livres comme Les Trois Coups distincts, l’Ordre des Francs-Maçons trahi, l’Ecole des Francs-Maçons pour ne citer que quelques exemples.

Les Loges, elles-mêmes, commencèrent à publier leur règlement intérieur ou des recueils de chansons, avant que les Obédiences, dans un souci d’harmonisation, n’éditent à destination des Frères, des Régulateurs ou des Tuileurs, c’est-à-dire des rituels.

Avec un fonds de plus de 2 000 titres, la Bibliothèque offre au chercheur profane ou Maçon, matière à ses recherches, avec des ouvrages maçonniques classiques des siècles derniers ou contemporains - dont bien évidemment, ceux publiés par des auteurs membres de la G.L.N.F., comme Jean Baylot, Jean Tourniac, Paul Naudon, Marius Lepage, Bernard Guillemain.

Enfin, la bibliothèque du musée maçonnique de la G.L.N.F. comprend de nombreux et rares  manuscrits notamment du XVIII° siècle, dont des rituels de degrés qui ne sont plus pratiqués de nos jours.

o Les Constitutions d’Anderson et leur traduction
o Les livres de révélation des XVIII° et XIX° s.
o Les tuilleurs et régulateurs
o Les « classiques »
o Les reliures maçonniques
o Les manuscrits